À propos de nous                                             Il est temps de penser à l'action durable !

Nous sommes un comité de défense des Potagers XL en danger – Boondael/Ernotte.

Nous, les usagers de ces potagers, les habitants du quartier et ami(e)s de la nature en ville, catastrophés et désemparés, tentons d'organiser la résistance pour sauver ce qui reste de cet espace historique.

Nous nous adressons aux représentants compétents, qui œuvrent dans l’intérêt communal et général, afin de bien vouloir nous entendre.

Nous refusons catégoriquement le PPAS Boondael-Ernotte et tout plan de construction qui effacerait ce précieux espace vert – surtout pour des intérêts privés.

Ce projet n'est en rien une priorité, la Commune n'étant pas en manque de logements. Il vise à supprimer l'étendue des espaces verts, dont des terres agricoles qui existent depuis des décennies.

Ces espaces n'ont que des avantages.

Au plan social: c’est un lieu de rencontres et de promenades pour les citadins bruxellois, d’échanges d'expériences et un apport économique fondamental pour les moins nantis.

Au plan culturel: le site des potagers s'inscrit dans un mouvement actuel de "potagers citadins" en tant que projet social au service de la biodiversité. Les élèves des écoles y sont invités pour y apprendre les notions élémentaires d'écologie: cycles de la nature et de la chaîne alimentaire, faune et flore locales.

Au plan écologique: la biodiversité qui y existe est inestimable. On y observe:

- des oiseaux: rouge-gorge, mésanges bleues, charbonnières, à longues queues, noires, boréales, ou encore huppées, moineaux, merles, pinsons du nord, chouettes hulotte et chose exceptionnelle un couple de huppes fasciées.

- des mammifères: chauve-souris, renards, mulots, musaraignes, etc.

- des orvets, des salamandres, des libellules et une multitude des papillons et insectes.

- de la flore: notamment de nombreux arbustes fruitiers, groseilliers, framboisiers, mûriers, fraisiers. Il faut encore mentionner l'aubépine, l'aulne, le bouleau, l'érable, le hêtre, le houx, le peuplier, le robinier, le saule, le laurier-cerise, le pommier, ainsi que quantité de fleurs sauvages ou cultivées.


Le dossier ne fournit aucune garantie quant à la préservation de cette biodiversité et fait la part belle aux " VILLES-BETON". Nous savons bien qu’au milieu d’un désert de ciment il n’y a pas de diversité qui se propage mais un nombre très limité d'espèces cultivables, voire seulement les espèces qui résistent à tout.

Le projet vise à la destruction d'une qualité de vie car l'espace vert apporte sérénité, convivialité et préserve les terres agricoles. Une densité de population si importante entraîne à coup sûr des difficultés de gestions urbaines (trafic, sécurité, voirie, etc.).

 

Contexte

La commune d’Ixelles a convoqué une réunion de concertation le 29 juin 2011, concernant le projet de construction de la commune d'Ixelles entre la rue Louis Ernotte, la voie de chemin de fer et la chaussée de Boitsfort.

Une partie de ce projet a déjà été réalisé, détruisant une partie de ce grand espace vert urbain. La résistance des riverains avait été écrasé par l’argument selon lequel il s’agissait de construction des logements sociaux.

Le dernier carré de ces potagers, bien caché de l'autre côté de la chaussée, est aujourd'hui lui aussi menacé. Cette fois il s’agit d’un projet immobilier à usage privé.

Nous avons pris contact avec ceux qui se sont battus pour les plateaux Engeland et Avijl, à Uccle, et qui ont réussi à faire arrêter les constructions déjà initiées. Aussi nous avons contacté d’autres experts et activistes pour réunir le plus possible de forces, d'expertises et d'expériences, pour augmenter les chances de réussite.

Déjà lors de la construction de la première phase de ce projet (logements "mixtes", sociaux et privés), nous avions été choqués de la manière dont les politiques ont ignoré toutes manifestation de l’intérêt public et des citoyens de cette ville. Encore plus scandaleux est le projet de destruction d’un espace vert pour des logements privés.

Globalement, nous constatons que les politiques menées dans la commune (ainsi que, plus largement, au sein de la Région bruxelloise, du Fédéral et de l’Europe) tendent de plus en plus à protéger l’environnement, la biodiversité, à conserver le maillage vert et bleu, à développer l’écologie, etc. Cela pourrait nous réjouir, mais vu ce projet, il nous semble qu’il s’agit uniquement de paroles destinées à calmer la conscience écologique des habitants et des politiciens.

Il n’est plus l’heure de privilégier l’intérêt financier à court terme, ainsi que celui des investisseurs privés. La perte de cet espace vert d’une valeur inestimable sera irréversible et n’est même pas nécessaire. En effet, il existe différents bâtiments sur la commune qui peuvent être rénovés ou réaménagés et ce, avant de penser à de nouvelles constructions. Par ailleurs, ce projet ne tient pas debout: il n'est pas viable, comporte de nombreuses contradictions et les arguments utilisés sont inconciliables.

Nous demandons aux représentants politiques de faire preuve d’intégrité dans leurs actes politiques. Il faut conserver et protéger la nature d'où nous sommes issus et dont nous dépendons.

 
Make a Free Website with Yola.